Pourquoi l’Irlande est un modèle de compétitivité ?

76
Irlande modèle de compétitivité

En Irlande, la croissance de la productivité et la faible imposition – 12,5% d’impôt sur les sociétés – ont aidé les entrepreneurs à mieux vivre et les entreprises à prospérer et à créer des emplois. La rentabilité est plus facile et plus rapide à atteindre avec une société en Irlande.

Lors d’une récente conférence sur la mondialisation et l’économie, on m’a demandé de nommer un pays que je considérerais comme une réussite en matière de compétitivité. J’ai été tenté de nommer les suspects habituels, comme Singapour et la Suisse. Mais le problème avec ces deux pays est qu’ils sont dans des situations très particulières et pas forcément adaptés pour des activités de commerce ou de service, donc pas de bons exemples pour d’autres économies. De plus, ces 2 pays sont de plus en plus montrés du doigts et on y rencontre de plus en plus de contraintes bancaires.

Lire aussi : “12.5% d’impôt sur les sociétés en Irlande ? Oui, mais pas seulement…

J’ai donc répondu “l’Irlande”. En 1998, l’Irlande s’est classée à la septième place sur 63 économies dans le classement mondial de la compétitivité de l’IMD. Le pays a conservé ce classement l’année dernière, ce qui en fait l’une des économies les plus prospères du monde. Cela n’a pas toujours été le cas : il y a seulement dix ans, l’Irlande était classée 21e, devant la France et le Royaume-Uni, mais derrière l’Allemagne, la Chine et l’Australie.

Alors, qu’en est-il de l’Irlande  ?

Permettez-moi tout d’abord de souligner que la compétitivité d’un pays se réfère à sa capacité à générer une prospérité inclusive. Ce processus commence par le rassemblement des ressources naturelles, des institutions et de la culture d’un pays de manière à créer des emplois et à améliorer le niveau de vie.

Il ne s’agit pas seulement de croître, d’exporter et d’investir, mais aussi de prospérer. Bien entendu, l’Irlande dispose d’une grande marge de progression (par exemple, les prix sont élevés, les infrastructures de santé sont relativement faibles et les dépenses publiques totales en matière d’éducation sont bien inférieures à la moyenne mondiale). Toutefois, les politiques menées par le pays au cours de la dernière décennie, ainsi que la contribution du secteur privé, devraient servir de modèle aux autres économies du monde.

Aujourd’hui, le secteur privé irlandais est classé troisième au monde, dépassé seulement par les Émirats arabes unis et la RAS de Hong Kong (notre classement n’a pas encore pris en compte l’impact des événements politiques à Hong Kong). C’est impressionnant.

Le pays est le meilleur du monde selon certains indicateurs, tels que la flexibilité et la capacité d’adaptation des entreprises, l’attitude des gens face à la mondialisation et l’image du pays à l’étranger. Plus fondamentalement, il a fait un bond étonnant en matière d’incitations à l’investissement et de qualité des contrats du secteur public, tout en réduisant l’évasion fiscale, le protectionnisme et la propriété des entreprises par l’État. Aujourd’hui, l’Irlande est une destination de choix pour les entreprises en raison de sa faible bureaucratie, de son faible taux d’imposition des sociétés et de sa cohésion sociale extrêmement élevée.

Les pays doivent reconnaître que la compétitivité n’est pas synonyme de concurrence, mais de prospérité

Nous ne pouvons ignorer le fait que le Brexit et l’instabilité politique dans la région, ainsi que la propagation mondiale de la pandémie de coronavirus, constituent des risques pour l’économie, tout comme sa forte dépendance à l’égard d’un seul partenaire commercial (le Royaume-Uni). Mais il est encourageant de constater que, du point de vue d’un économiste qui a prêché l’idée que les pays devraient se concentrer sur la prospérité et non sur la croissance, en Irlande, la croissance de la productivité et la faible fiscalité ont aidé les gens à vivre mieux et les entreprises à prospérer et à créer des emplois. C’est le livre de bord de la compétitivité.

Dans le contexte européen, les pays ont fait face à la crise de 2009 avec différents instruments politiques. Dans certains pays du Sud, l’accent a été mis sur les dépenses publiques et la dévaluation interne. L’Irlande, mais aussi le Portugal, ont suivi une approche différente : ils ont cherché à attirer les capitaux et les talents par des politiques fiscales favorables et se sont concentrés sur le développement du secteur privé, et non du secteur public. Avec le recul, c’était la bonne stratégie, et c’est ainsi que l’Irlande a fait son chemin dans le top 10.

Dans le cadre de notre examen annuel de la compétitivité, nous demandons aux dirigeants de chaque pays de citer, parmi 15 réponses possibles, les principaux indicateurs d’attractivité de leur économie. En Irlande, ce sont les trois qui sont mentionnés par au moins 65 % de nos répondants : un régime fiscal compétitif, une population très instruite et un environnement favorable aux entreprises. En revanche, les trois facteurs les moins mentionnés sont des infrastructures fiables, des relations de travail efficaces et l’accès au financement. Ces trois facteurs devraient être les priorités pour l’avenir.

L’histoire de l’Irlande au cours des cinq dernières années est un bon modèle à suivre pour d’autres pays d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe et du Moyen-Orient. Très peu de pays ont fait autant en si peu de temps

En ce qui concerne l’éducation, l’Irlande est l’un des pays les plus attrayants au monde pour les talents étrangers en raison de sa qualité de vie, de ses niveaux de taxation, de sa culture d’entreprise et de son environnement institutionnel.

Pour qu’un pays réussisse, il est important d’augmenter le niveau de compétence de la population. Attirer les talents oblige les habitants à s’investir davantage, ce qui rend l’environnement de travail plus intéressant et plus attrayant pour les étrangers. L’attrait du système irlandais de gestion des talents est donc élevé. Pourtant, le pays doit aider la population locale à être compétitive : en 2018, l’Irlande n’a investi que 3,2 % de son PIB dans l’éducation, loin de pays tels que la Suisse, Singapour ou les États-Unis. Dans notre groupe de 63 pays, l’Irlande se classe au 44e rang pour ce qui est de l’investissement dans la population et de son développement. Actuellement, le pays ne souffre pas d’une importante fuite des cerveaux, mais la dépendance à l’égard des étrangers pourrait évincer les talents locaux vers de meilleures opportunités à l’étranger. En 2020, l’Irlande est un importateur net de talents, mais nous ne devons jamais oublier que l’éducation doit être la principale priorité d’une économie à long terme.

L’histoire de l’Irlande au cours des cinq dernières années est un bon modèle à suivre pour d’autres pays d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe et du Moyen-Orient. Très peu de pays ont fait autant en si peu de temps. Et au bout du compte, les facteurs clés de succès sont assez simples : une stratégie nationale avec une vision à long terme et axée sur les personnes ; la création d’emplois en tant que priorité de la politique économique ; l’attraction de capitaux et de talents étrangers par le biais d’incitations et d’investissements dans les infrastructures ; un consensus politique sur les réformes économiques de base dont le pays a besoin ; et l’accent mis sur les éléments intangibles de l’économie – éducation, technologie et soins de santé.

Enfin, les pays doivent reconnaître que la compétitivité n’est pas synonyme de concurrence, mais de prospérité. Dans une Europe unie, la collaboration et l’ouverture sont plus propices au bien commun que les conflits et la concurrence.

Franck BRUNET
Managing Director Executive
Pour les Entrepreneurs passionnés qui veulent créer leur société en Irlande